Rechercher

Sur ce site


Accueil > Enseignement > Santé > Master 2 Mixte Pharmacologie Modélisation Essais Cliniques (PHAME)

Master 2 Mixte Pharmacologie Modélisation Essais Cliniques (PHAME)

  • Pour faire quoi ?
  • Le mot des enseignants-chercheurs et des praticiens
  • Les anciens en parlent
  • Plus d’informations
Le master PHAME (PHArmacologie Modélisation Essais cliniques) s’adresse aux étudiants scientifiques, biologistes, de santé, mathématiciens ou informaticiens s’intéressant particulièrement à tout ce qui entoure l’utilisation des médicaments chez l’homme : l’idée est de former des personnes à l’interface des différents domaines, capables de travailler aussi bien avec des médecins, des pharmaciens, des biologistes que des informaticiens ou des mathématiciens ou des statisticiens. Le master est co-habilité avec la filière Bioinformatique et Modélisation de l’INSA Lyon.
Le master PHArmacologie Modélisation et Essais cliniques ouvre l’accès au marché du travail, directement ou après une thèse de science. Les thèses peuvent être financées par une bourse d’état, sur concours dès l’issue du master, par les projets de recherche des unités, ou par des partenariats avec l’industrie pharmaceutique ou de biotechnologie.
Les possibilités d’embauche en sortie de Master sont en pleine explosion, avec le développement de l’interdisciplinarité aussi bien dans les laboratoires que dans les entreprises. Les anciens étudiants PHAME trouvent des emplois dans des domaines variés, comme la santé, le biomédical, l’industrie du médicaments ; les postes occupés peuvent impliquer des fonctions de recherche et développement, d’étude de cas, de gestion de projet. La naissance à Lyon en 2011 de l’Institut Européen de Biologie Systémique et Médecine atteste de la prise de conscience des institutions et du monde industriel de l’importance de cette approche.
Michel Tod, coresponsable de la spécialité PHAME : « La modélisation mathématique est un outil en évolution rapide, pour lequel il existe une forte demande des grandes firmes pharmaceutiques. En effet, plus on progresse dans la connaissance du vivant et de l’effet des médicaments, plus on prend conscience de leur complexité. Or, la modélisation est une des réponses pour prendre en compte cette complexité et en faire surgir du sens. Il reste des défis majeurs à relever pour vaincre de grandes maladies comme le cancer, l’insuffisance cardiaque, ou des infections comme le paludisme, le sida ou les hépatites. Notre master ne peut pas former des spécialistes dans chaque domaine, mais je pense qu’il fournit un ensemble d’outils, de compétences de base et de concepts qui permettront à chacun d’évoluer dans le domaine qui l’intéresse. C’est en tous les cas ce que j’ai pu observer pour les quelques étudiants que j’ai encadrés personnellement. »
François Gueyffier, coresponsable de la spécialité PHAME : « La modélisation mathématique représente une approche dont la nécessité devient de plus en plus évidente dans l’innovation en général et pharmacologique en particulier. La complexité est encore un mot qui fait peur alors qu’il devrait attirer, car source de sens cachés propices aux découvertes. La prise en compte de la complexité par les bons outils est un enjeu par essence interdisciplinaire, où les étudiants de diverses origines peuvent apporter des contributions essentielles à leur niveau master 1 ou 2. Les rencontres avec les étudiants d’autres disciplines (pharmacie, médecine, biologie, mathématiques, informatiques) sont des sources d’enrichissement important. Le principe de la formation est de s’adapter au bagage technique varié des étudiants, par une formation théorique limitée à l’appropriation et au maniement des concepts à travers l’illustration et la critique d’exemples. Les outils techniques sont abordés dans le détail uniquement lors du stage, et adaptés très spécifiquement au sujet de recherche choisi. Médecins et pharmaciens parfois inquiets devant le contenu technique de la formation, réussissent sans difficulté le master incluant les épreuves théoriques. »
Emilie Hénin Etudiante du département BioInformatique et Modélisation de l’INSA et voulant me spécialiser en pharmacométrie (la science de la pharmacologie quantitative), j’ai suivi le master aMIV AMIT en 2004-2005 (ancien nom de la formation), puis j’ai réalisé une thèse au sein de l’EMR 3738 Ciblage Thérapeutique en Oncologie, avec le soutien d’une allocation doctorale de l’E2M2, que j’ai soutenue en 2008. Mon sujet de thèse était « l’étude par la modélisation-simulation de l’impact de la non-observance aux chimiothérapies anticancéreuses administrées par voie orale ». J’ai ensuite réalisé un séjour post-doctoral de 2 ans au sein de Pharmacometrics Group de l’Université d’Uppsala (Suède), où je me suis intéressée à la modélisation semi-mécanistique de l’absorption des médicaments. J’ai également eu l’occasion là-bas d’encadrer des étudiants et d’enseigner. Ces aspects m’ont incitée à m’orienter vers une carrière académique. Je suis, depuis février 2011, Ingénieur de Recherche junior au sein de l’EMR 3738, à la Faculté de Médecine Lyon-Sud. Outre mes activités d’enseignement et d’encadrement, ma thématique de recherche est l’optimisation thérapeutique des agents anticancéreux et la caractérisation de la relation dose-réponse par la pharmacométrie. Par ailleurs, je collabore étroitement avec le service d’Oncologie Médicale du Centre Hospitalier Lyon Sud, pour le suivi et l’analyse d’études cliniques, ainsi que l’adaptation individuelle par la modélisation des doses de chimiothérapies.
Vous avez ici la plaquette résumant le contenu et les objectifs de la formation.
PDF - 14.5 ko
Parcours Mixte - Spécialité PHAME - Pharmacologie, Modélisation et Essais Cliniques


Envie de s’inscrire ? Toutes les informations sont sur la page officielle de la formation.
Besoin de détails ? Des questions ? Vous êtes étudiant intéressé par la filière, ou professionnel désirant proposer un stage ? Contactez directement le responsable de la formation, François Gueyffier ou le secrétériat severine.clamaron_AT_upcl.univ-lyon1.fr