Rechercher

Sur ce site


Accueil > Annuaire > Mouton Laurence

Laurence Mouton
Maître de conférence universitaire - UCBL
courriel :
tél : 04 72 43 29 10
UMR CNRS 5558 - LBBE
"Biométrie et Biologie Évolutive"
UCB Lyon 1  - Bât. Grégor Mendel
43 bd du 11 novembre 1918
69622 VILLEURBANNE cedex
Bâtiment : Mendel 1er étage Bureau : 125

  • Thématique de recherche

    Les infections multiples stables par des microorganismes à transmission verticale sont de plus en plus décrites dans les populations naturelles, notamment chez les insectes où plusieurs espèces de symbiotes coexistent fréquemment au sein d’un même individu hôte. Très souvent, ces associations mettent en jeu un symbiote primaire essentiel à l’hôte et un ou plusieurs symbiotes secondaires facultatifs, comme c’est le cas chez les pucerons, les charançons, la mouche tsé-tsé, et chez de nombreux aleurodes. Le symbiote primaire apporte généralement à l’hôte des acides aminés essentiels, des vitamines et d’autres nutriments dont sa nourriture est dépourvue. Ces symbioses dites nutritionnelles ont permis à de nombreuses espèces de se développer dans différents types de milieux parfois très difficiles et donc d’élargir leur niche écologique. Les symbiotes secondaires ont des effets très variés qui couvrent l’ensemble du continuum parasitisme-mutualisme. Dans tous les cas, ils ont des effets importants sur la biologie et l’écologie de leurs hôtes. Leur présence pourrait même modifier l’équilibre de l’association entre un hôte et son symbiote primaire. Les relations entre les symbiotes co-existants et leurs interactions avec l’hôte jouent donc un rôle primordial sur l’évolution des multi-infections.
    Avant de pouvoir replacer ces interactions dans un contexte populationnel et évolutif, il est nécessaire de comprendre les mécanismes qui permettent la coexistence de différents symbiotes au sein d’un même individu. Mes recherches, initialement centrées sur les cas de multi-infections mettant en jeu différents isolats d’une même bactérie à travers l’étude du modèle Wolbachia, s’étendent aujourd’hui à différentes espèces de symbiotes qui interagissent au sein d’un même individu hôte.

    • +Modèle biologique
  • Habilitation à Diriger des Recherches

    Soutenue le 13 Juin 2016

    Impact des communautés de bactéries symbiotiques sur la biologie et l’écologie des insectes

    Mon HDR en pdf

  • Post-doctorat

    2005-2007

    Zoologisches Institut der Universität Basel, Evolutionsbiologie. Basel (Suisse).
    Dieter Ebert’s group

    Virulence, genetic diversity and multiple infections in Pasteuria ramosa, endobacteria parasites of Daphnia species

    • +Thématique de recherche
    • +Modèle biologique : Daphnia magna-Pasteuria ramosa
    • +Approche expérimentale et principaux résultats
  • Thèse

    Soutenue le 3 décembre 2004

    Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive. UMR CNRS 5558
    Université Claude Bernard Lyon 1

    Directeurs de thèse : M. Boulétreau et F. Vavre

    Diversité et densité bactériennes dans les symbioses à infections multiples : régulation et effets sur l’hôte. Cas des associations Wolbachia-insectes

    Ma thèse en pdf

    • +Thématique de recherche
    • +Modèle biologique et questions abordées
    • +Principaux résultats obtenus

+Publications