Rechercher

Sur ce site


le jeudi 26 juin à 12:15

Caroline Truntzer (IR, Plateforme protéomique CLIPP, Dijon)

Salle du Conseil - Faculté de Médecine Lyon Sud

par Vincent Daubin - 26 juin 2008

Approche comparative de l’optimisme dans les modèles intégrant des variables clinico-biologiques classiques et des gènes.

Avec l’introduction des biopuces dans le domaine clinique, certains auteurs ont affrmé que les biomarqueurs issus de l’étude du transcriptome avaient de meilleures capacités prédictives que les biomarqueurs clinico-biologiques connus jusqu’à maintenant. Cependant, les deux types de variables sont dans des situations très différentes ; si la plupart des biomarqueurs cliniques ont été validés, la phase de sélection est encore pleinement d’actualité pour les biomarqueurs transcriptomiques. L’objectif de ce travail a été de quantifier l’optimisme relatif aux variables transcriptomiques d’une part, et aux clinico-biologiques classiques d’autre part, quand les deux types de variables sont introduits dans un même modèle de survie. Le R_ de Kent et O’Quigley a été utilisé à cet effet. Basé sur des simulations, ce travail a permis de montrer comment le processus de sélection introduisait un fort optimisme dans le cas des gènes.

Contact : Mme Mariethé CHAUMEIL
Inscription gratuite mais obligatoire avant le mardi 24 juin 2008